Le headshaking est une maladie du cheval qui reste encore méconnue. Il s’agit d’un trouble de comportement brutal, qui se manifeste par des mouvements de tête anormaux. Ce problème peut conduire à la nervosité, voire à l’agressivité de l’animal. Voilà pourquoi les chevaux victimes de cette maladie ne peuvent être montés. Le headshaking peut affecter la relation du cheval et de son cavalier. Il est donc essentiel de comprendre ce que c’est exactement, de connaître ses causes et ses différents symptômes.

Le headshaking : la maladie du cheval et ses symptômes

Le headshaking désigne un comportement anormal chez le cheval. Cette pathologie se traduit par des mouvements agités de la tête, dans tous les sens et d’intensité variable. Les manifestations de ce trouble ne sont pas permanentes, mais sont plutôt favorisées par un certain nombre de facteurs. Selon les recherches, la maladie est le fruit d’une irritation naso-faciale.

Lors du diagnostic, une observation minutieuse de l’animal est donc réalisée. Certains gestes ne trompent pas et peuvent survenir aussi bien en selle que dans le box.

Le cheval peut secouer sa tête dans tous les sens, ou effectuer des mouvements circulaires brusquement. Il peut également éternuer ou tousser de manière excessive, tout en se frottant le nez. Les chevaux atteints de headshaking peuvent également sécréter une plus grande quantité de larmes et tenter d’éviter la lumière du soleil.

Dans tous les cas, le headshaking ne doit pas être négligé. Heureusement, il est possible de trouver des équipements permettant de soulager le cheval malade sur des sites comme Boxprotec, spécialisé dans l’équitation. La tenture est un accessoire indispensable pour protéger votre animal.

Un cheval malade

Quelles sont les causes du headshacking chez le cheval ?

Les causes du headshaking restent encore incertaines, ce qui complique la prévention pour le propriétaire du cheval. Différentes raisons peuvent être à l’origine de ces troubles, comme l’exposition à la lumière vive ou au soleil, par exemple.

Cette maladie peut aussi être considérée comme une stéréotypie, être liée à une rhinite allergique ou encore à une névralgie atteignant le nerf trijumeau. Mais les efforts trop importants lors des exercices d’entraînements peuvent aussi favoriser cette pathologie.

Comment traiter le headshaking ?

Jusqu’ici, aucun traitement n’a fait preuve d’efficacité pour guérir définitivement de cette maladie. Néanmoins, diverses solutions sont évoquées pour protéger votre animal et atténuer les symptômes. Vous pouvez, avec l’avis d’un vétérinaire, lui administrer des médicaments antihistaminiques, des corticoïdes ou encore du magnésium. La médecine douce, comme l’acupuncture, peut également avoir des effets positifs sur l’animal. Il existe également des accessoires pour lui rendre la vie plus facile :

  • un filet de nez,
  • un masque facial,
  • une tenture.

L’avis d’un vétérinaire et l’aide du ministère de l’Agriculture sont vivement recommandés avant toute intervention ou toute prise de médicaments.

Comment prévenir le headshaking chez votre cheval ?

Évitez de laisser votre animal dans des lieux trop exposés à la lumière du soleil. Il faut avant tout l’éloigner des éléments déclencheurs de ces troubles comportementaux. Vous pouvez par exemple lui faire porter des lentilles oculaires ou encore poser un filet au niveau des yeux.

PARTAGER
Article précédentQuelles démarches suivre pour disposer d’un chat heureux et comblé ?
J'ai 2 chiens, 3 chats, des poules, des moutons, des vaches, des chevaux... eh oui, j'habite la ferme et la campagne ! J'adore les animaux et c'est ma plus qu'une passion. J'ai donc décidé de lancer ce blog en 2017 !